La saison 2021-2022 ne peut débuter sans un rebrassage de l’équipe de Saint-Dié. Voici l’actualité du Mercato de l’Elite féminine du volley français : quatre joueuses restent, sept joueuses sur le départ. Les réponses ci-dessous. 

Résumé de la saison 2020-21

Si vous avez vécu sans wifi ou loin de la civilisation déodatienne ces derniers mois, on vous récapitule le championnat 2020-2021. Les Louves ont fait une saison remarquable ; elles se sont imposées face à leurs concurrents qui les ont peut-être sous-estimées dans la première moitié de saison. La phase régulière de janvier à mars s’est donc poursuivie sur une envolée de victoires toutes plus satisfaisantes les unes que les autres. Elles ont ainsi valu à l’équipe de Saint-Dié une qualification jouissive pour les play-off lors d’un match magnifique contre Quimper le 27 février.

Opposées à des équipes très fortes de la Poule B lors de la deuxième phase, les Louves ont enchainé victoires et défaites. Le Covid-19 est alors entré en jeu et a bouleversé le rythme des matchs et compromis l’énergie des joueuses pour les affrontements restants. Malgré tout, on ne retirera jamais une qualité décisive aux Déodatiennes. Une qualité mobilisée, exploitée à son maximum lors de chaque match : la détermination. Des victoires, des scores auraient été impossibles à atteindre sans elle.

La montée en Ligue A féminine n’est pas passée loin. Les 24 points d’Evreux leur ont permis d’accéder à cette étape supérieure, tandis que les 21 points des Louves leur offrent la deuxième place de ce podium des play-off, qu’elles occupent avec fierté. Les Vosgiennes surenchérissent chaque année. Feront-elles mieux l’année prochaine ? Le Mercato s’accélère…

Que deviennent les joueuses la saison prochaine ?

La meute se défait et se recrée, au rythme du Mercato. Vous pourrez retrouver : Binéta Ndiaye, Kendiaba Koné, Nihel El Ghoul et Thaïs Daden dès septembre sur le terrain du palais omnisport. Quelle joie d’ainsi compter parmi les Louves ces joueuses accomplies pour une prochaine aventure sportive !

Maele Besancenez part plus au nord en direction de Calais. Pour la centrale, ce club lui offre des possibilités inédites, c’est-à-dire des temps de jeu. “C’est l’occasion pour moi de me fixer de nouveaux objectifs. J’attends du club qu’il travaille avec moi pour accomplir ces derniers, qu’il m’aide. Ce sera un nouveau départ, qui j’espère sera concluant et enrichissant”, annonce Maele.

Maggie Speaks fait ses bagages et part pour l’Allemagne. Les deux autres Américaines de la saison 2020-21 restent en France. Ainsi, la pointue Casey Schoenlein, et plus grande joueuse de la meute avec 196 cm, se dirige vers Sens, une équipe forte de l’Élite féminine. Allie Davenport, réceptionneuse attaquante, prend les couleurs de la Bretagne. Elle est heureuse de rejoindre Quimper, un compétiteur redouté de l’Élite française. “Je souhaitais jouer pour un bon club et faire partie de la compétition pour remporter le championnat. J’espère pouvoir y parvenir !”, explique Allie à propos de son choix.

Manon Bolley restera peut-être à Saint Dié, si l’avenir le permet. En effet, la passeuse a terminé ses études d’ingénieure à Strasbourg et recherche désormais du travail dans la Déodatie. Son but ultime ? Continuer de mener une double vie : ingénieure/sportive de haut-niveau. L’équipe de Saint-Dié lui tient à cœur. Elle souhaite progresser et apprendre, rencontrer de nouvelles sportives et retrouver les anciennes à l’entrainement… ou chez l’adversaire !

Nelly Ochala met le cap sur de nouvelles perspectives d’avenir professionnel. “Je tourne la page du sport professionnel car j’ai réussi le concours de la police et j’attends donc mon entrée en école. Comme je n’ai aucune date exacte, que mon affectation peut intervenir à tout moment et n’importe où en France, j’ai choisi de ne pas me réengager pour une nouvelle saison pour ne pas avoir a partir précipitamment au cours de celle-ci.” Ce concours marque ainsi une belle victoire pour la pointue. Bravo !

Suite aux bouleversements du Mercato, nous souhaitons à toutes les (ex-)Louves, qui garderont toujours dans nos esprits les marques des griffures de la meute, une bonne saison 2021-2022. Finalement, vous retrouverez certaines d’entre elles au POJC… Mais sous d’autres couleurs. Quant l’année sportive à venir, encore un peu de patience avant de découvrir les joueuses qui rejoignent la meute. La nouvelle ne devrait plus tarder !